Pourquoi ?

Pourquoi_Allergies_Céleri_Allergies_Alimentaires_association_1
Pourquoi_Allergies_Céleri_Allergies_Alimentaires_association_1

Pourquoi devient-on allergique ?

La diversification de notre alimentation 

La modification des comportements alimentaires dans nos sociétés est une explication, en particulier l’internationalisation des repas et l’engouement pour les aliments « exotiques » inconnus, auxquels certains individus peuvent réagir de façon allergique.

Ces aliments émergents sont principalement : les épices (curry, paprika), condiments (cayenne, carvi, coriandre), fruits exotiques (kiwi, avocat, litchis, noix exotiques), graines de sésame, psyllium, graines de tournesol, lupin.De même, actuellement, un nombre croissant d’aliments se révèlent être à l’origine de réactions croisées avec le latex : c’est le cas de l’avocat, du kiwi, de la tomate, de la cerise, de la fraise, …

L’industrialisation de nos repas 

La consommation de plus en plus fréquente de denrées issues de l’industrie agroalimentaire (par opposition aux préparations artisanales) expose davantage les consommateurs depuis quelques décennies à des allergènes masqués. 

Ces allergènes sont présents dans des aliments qui peuvent être incorporés comme ingrédients au sein de produits complexes dans lesquels leur présence n’est pas spontanément reconnue ni même parfois soupçonnée.

 En effet, ces allergènes masqués sont représentés d’une part par les ingrédients protéiques (blanc d’œuf, poudre de lait, caséine, farine de lupin, etc.) et d‘autre part par des contaminations survenues lors des récoltes, du stockage, des procédés de fabrication et/ou du conditionnement des denrées alimentaires.

La diversification alimentaire précoce 

La diversification alimentaire est un phénomène qui intervient de manière trop précoce : des aliments nouveaux sont introduits dans l’alimentation des jeunes enfants bien qu’ils n’aient pas encore atteint leur maturité digestive, ce qui peut provoquer une sensibilisation à certaines protéines (lait, viande, œufs,…) et par la suite une allergie alimentaire.

Plusieurs enquêtes nationales sur l’alimentation des tout petits ont montré que trois enfants sur quatre, âgés de plus de cinq mois, ont des apports en protéines trop élevés, du fait de cette diversification alimentaires trop précoce. L’allaitement au sein favorise la maturité du tube digestif du nourrisson par la présence dans le lait maternel d’immunoglobulines protectrices qui limitent la prédisposition précoce aux allergies alimentaires.

Un allergène moins puissant selon son traitement 

Les allergènes mis en cause dans ces aliments (fruits, légumes, noix) présentent des analogies structurales aux allergènes des pollens, les profilines. 

Ces allergènes sont thermolabiles et la cuisson, la mise en conserve, ou le four à micro-onde permettent le plus souvent aux personnes allergiques de tolérer l’aliment incriminé. 

Habituellement, les personnes atteintes du syndrome d’allergie orale sont allergiques à une grande variété de fruits et légumes, et le restent toute leur vie.

Le nombre de nouveaux cas d’allergies alimentaires est en constante augmentation (environ +10% par an)

10 allergènes sont responsables de 11% des allergies chez les enfants.

Un enfant scolarisé sur quatre en Europe vit avec une maladie allergique